• Increase font size
  • Decrease font size
  • Default font size
Accueil arrow Nos articles arrow Nos visites touristiques arrow Russie viking, vers une autre Normandie ?
Russie viking, vers une autre Normandie ? Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par turiawenn, le 13-09-2011
Evaluation éditeur
Evaluation utilisateurs    (0 vote)
Pages vues 8299    

 Russie viking, vers une autre Normandie ? Novgorod et la Russie du Nord, des migrations scandinaves à la fin du Moyen Âge (VIIIe – XVe siècle)

Exposition temporaire au musée de Normandie, château de Caen

 Du 24 juin au 31 octobre 2011

5€ plein tarif, 3€ tarif réduit, gratuit pour les – de 26 ans et le 1er dimanche de chaque mois

www.russie-viking.eu

 

« […] l’originalité du passé viking en Normandie est d’avoir laissé fort peu de traces matérielles. Cette absence d’indices est compensée par l’étude des sources et l’inventaire des données de la toponymie, de l’onomastique, des traditions juridiques, du vocabulaire maritime… des pistes de recherches et des travaux passionnants, qui soulagent un peu notre frustration, sinon de la découverte d’un sépulture à bateau, au moins de quelques traces des colons scandinaves avant leur complète acculturation. On connaît les explications avancées pour cette discrétion, inattendue de la part des Vikings : une colonisation qui resta partout minoritaire, l’adoption rapide de la langue, des us et coutumes locales, la conversion au christianisme, l’assimilation des populations et l’intégration rapide des élites dans la scène politique du pays d’adoption.

Des phénomènes comparables se sont produits ailleurs et c’est pour en repérer les modalités et en interroger les évolutions que le Centre Michel de Boüard – CRAHAM de l’Université de Caen Basse-Normandie et l’Institut d’histoire de la culture matérielle de l’Académie des sciences de Russie ont lancé un programme d’échanges scientifiques, soutenu par le CNRS et l’ASR […]

Le Musée de Novgorod et le Musée de l’Ermitage ont accepté d’accompagner ce projet par le prêt de collections de mobilier archéologique issu des fouilles menées sur les sites d’implantation des premières puissances varègues en Russie du Nord, permettant d’entrevoir leurs origines et de dérouler leur histoire jusqu’à la fin du moyen âge. L’exposition ne se limite pas en effet à la période des migrations vikings, elle suit le destin des établissements du nord de la Russie sur la longue durée et aborde également les débats historiographiques autour des Normands en Russie. […] »

Introduction de Jean-Marie Levesque – Musée de Normandie.

Avec des amis, j’ai eu l’occasion de visiter cette exposition que je trouve réussie, malheureusement je ne peux vous donner d’aperçu puisque les photos sont interdites. Il est possible de palier cette interdiction en achetant soit le magnifique catalogue de 200 pages (29€), soit le journal de l’exposition (5€) pour les bourses plus modestes.

La muséographie, c’est-à-dire la mise en scène des objets, est bien faite, même si le parcours à suivre n’est pas si évident tant les panneaux sont nombreux. Quant à la médiation, en tant que professionnelle, je l’ai beaucoup appréciée. Des textes clairs et concis, des cartels accessibles, des supports vidéos, des jeux thématiques pour les enfants (livres, puzzles, déguisements… sur le thème de la Russie viking).

Voilà pour la forme, mais qu’en est-il du fond ? L’exposition traite de l’implantation viking en Europe de l’Est, de leur acculturation et de l’évolution de cette nouvelle société jusqu’à la fin du Moyen Âge, marquant ici le parallèle avec la Normandie. Elle se conclue par la création, notamment politique, du mythe Varègue en Russie, tout comme l’Europe de l’Ouest a vu le sien naître de la vague romantique.

 Il est vrai que je ne suis pas spécialiste des Varègues (vikings de l’Est), mais la partie évoquant le costume féminin et masculin est plutôt décevante. Toutefois cette visite a été l’occasion de voir de très beaux objets, particulièrement dans les bijoux (pour certains démesurés en taille et en poids, qu’on voit mal portés hormis dans une tombe !), tout comme les céramiques ou les chaussures de cuir qui permettent d’en apprendre davantage sur les techniques employées à l’époque.

Plus que quelques semaines pour profiter de cette exposition !


Dernière mise à jour: 13-09-2011

Publié dans : Nos Articles, Nos visites touristiques

Commentaires utilisateurs (0) Fil RSS des commentaires

Aucun commentaire posté

Ajouter votre commentaire

 
Suivant >